Wallonie Poker
Bonjour, et bienvenue sur Wallonie Poker. Afin d'accéder à toutes les fonctionnalités et à toutes les infos du forum, n'hésitez pas à vous enregistrer. C'est simple et ça prend 2 minutes.

Au plaisir de faire votre connaissance.
Wallonie Poker
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
Le jeu préflop , Article 1: LES MAINS DE DEPARTS Accuei10AccueilS'enregistrerConnexionGalerie
 

 Le jeu préflop , Article 1: LES MAINS DE DEPARTS

Aller en bas 
AuteurMessage
zepequenio

zepequenio

Masculin
Nombre de messages : 843
Date de naissance : 23/05/1981
Age : 39
Localisation : Welkenraedt
Date d'inscription : 28/06/2008

Le jeu préflop , Article 1: LES MAINS DE DEPARTS Empty
MessageSujet: Le jeu préflop , Article 1: LES MAINS DE DEPARTS   Le jeu préflop , Article 1: LES MAINS DE DEPARTS Icon_minitimeMar 12 Jan 2010 - 11:14

Hole cards Probabilité de recevoir % x : 1

AA: 0.45% 220 : 1
KK: 0.45% 220 : 1
Une paire: 5.9% 16 : 1
AKs: 0.3% 331 : 1
AA, KK, QQ ou JJ: 1.8% 55 : 1
AK: 0.9% 110 : 1
2 paint cards: 9% 10 : 1
2 connecteurs assortis: 2.1% 46 : 1
2 cartes assorties: 24% 3.1 : 1
Ax: 15% 5.7 : 1

Bien qu’il existe1326 combinaisons possibles, les mains de départ sont traditionnellement regroupées en 169 mains dès lors que l’on considère que rien ne distingue J◊ J♠ de J♥ J♣, ou 7◊ 8◊ de 7♥ 8♥ avant l’apparition du flop. Avant même de s’attarder à la hiérarchie des mains de départ, il est indispensable de connaître les probabilités de recevoir les différents types de mains de départ. Par exemple, il apparaît que sur le long terme, un joueur reçoit AA une fois sur 221, 220 : 1. En conséquence, un joueur de poker en ligne reçoit AA en moyenne toutes les quatre heures.

La primauté de AA vis à vis des 168 autres mains de départ n’est pas contestée. De même, 72o a toujours été considérée, à juste titre, comme la plus mauvaise main de départ. Au cours des années 1970, et 1980 après la légalisation du holdem en Californie qui a contribué au développement du texas holdem, s’est posée la question de savoir quelle était la hiérarchie des mains de départ. Au delà d’une simple approche descriptive, de nombreux auteurs ont tenté d'élaborer une hiérarchie entre les mains de départ. Cependant, il apparaît aujourd’hui difficile [b]de concilier une hiérarchie stricte des mains de départ avec le caractère dynamique inhérent aux hole cards qui n’est que renforcé dans les parties aux petites limites qualifiées de "loose games" du fait de la présence de nombreux joueurs au flop.


Parmi les mains de départ, il convient de distinguer 4 catégories. D’abord, les paires. (premium, medium et small), puis les paint cards ( suited et offsuited), les connecteurs (suited et offsuited) et enfin les autres
mains. Les paires de AA à JJ sont des mains puissantes s' exprimant d’abord dans les jeux les plus serrés alors que [b]dans les loose games, elles ont tendance à perdre en stabilité. Cependant l’espérance de gain
de ces paires comme pour toutes les autres mains augmente dans les loose games. Les paires de JJ à 77 sont bien souvent les meilleures mains préflop, mais elles ont besoin d’un tableau favorable pour s’imposer. Les petites paires inférieures à 66 ne sont jouables préflop que sous certaines conditions dont les principales sont l’absence de relance et la présence d’au moins 5 joueurs au flop.

Les paint cards:

Il s’agit des mains composées de deux cartes supérieures à 10. Ici, la meilleure main est AKs, cependant sa valeur s’érode très fortement dès l’apparition du flop. Pour les autres mains, KJs appartient comme KQs aux mains qualifiées de "dominated hands" car bien souvent lorsqu’un roi apparaît au flop, le kicker, ici "J" est insuffisant pour remporter le pot face à un joueur ayant AKs. De ce fait, de nombreuses autres combinaisons entre dans la catégorie des dominated hands comme KQ. Ainsi toutes ces mains, assorties ou non, sont à jouer précautionneusement. Les mains non assorties sont également de très bonnes mains même si KQo et AJo sont quasiment injouables out of position.

Les connecteurs:

sont les mains du type de 8♣7♣ ou 8♥7♠. Ils suivent d’une manière générale le régime applicable aux petites paires en ce qui concerne le jeu pré-flop, même s'ils résistent moins bien dans les jeux agressifs.
S’il convient de privilégier les connecteurs assortis, certains comme B. Ciaffone préfèrent les connecteurs non assortis qui sont plus faciles à coucher post flop. Dans tous les cas, ces mains sont dites spéculatives et elles ne doivent être jouées que lorsque les implied odds sont importants, c’est à dire dans les loose passive games. Parmi les autres mains, il faut signaler à titre principal les Axs qui bien que jouables sont souvent surestimés par la plupart des joueurs. Ces mains n’ont de valeur qu’en tant que drawing hands.

Les travaux de D. Sklansky depuis 1976 ont visé à rationaliser l’approche théorique des mains de départ. Le système de référence des mains de départ est celui présenté dans Hold'Em Poker for Advanced Players, ou dans Small Stakes Hold 'em pour ce qui concerne la sélection des mains de départ en loose games.
D. Sklansky et M. Malmuth ont élaboré une théorie des mains de départ,

le " starting hands ranking":

reposant sur l’existence de 8 groupes de mains de départ. Le groupe 1 représente les meilleures mains, jouables dans la quasi-totalité des situations, et le groupe 8 rassemble les mains jouables dont l’espérance de gains est la plus faible, voire négative dans la plupart des situations.



LES GROUPES DE D. SKLANSKY
Groupe 1: AA KK QQ JJ AKs
Groupe 2: TT AQs AJs KQs AK
Groupe 3: 99 JTs QJs KJs ATs AQ
Groupe 4: T9s KQ 88 QTs 98s J9s AJs KTs
Groupe 5: 77 87s Q9s T8s KJ QJ JT 76s 97s Axs 65s
Groupe 6: 66 AT 55 86s KT QT 54s K9s J8s 75s
Groupe 7: 44 J9 64s T9 53s 33 98 43s 22 Kxs T7 Q8s
Groupe 8: 87 A9 Q9 76 42s 32s 96s 85s J8 J7s 65 54
74s K9 T8 43


La notion de groupe est particulièrement utile pour simplifier les analyses et les réflexions. Cependant, au sein d’un même groupe sont présentes des mains avec des caractéristiques très différentes. Ainsi, lors d’analyse spécifique, la notion de groupe devient caduque. Il en va ainsi, par exemple, de 98s qui dans de nombreuses situations suit le régime des mains des groupes 6 et 7.


Un des principaux apports à la doctrine pokerienne consiste en un essai publié sous le nom de plume d’ Abdul Jalib par M. Hall. Cet essai n’est pas en lui même une remise en cause des travaux de D. Sklansky car il ne s’agit pas d’un "starting hands ranking" mais d’un " opening hands ranking"


ainsi pour l’essentiel l’essai de A. Jalib vient compléter le systeme de D. Sklansky. M. Hall reprend à son compte les principales critiques formulées à l’encontre du starting hands ranking de D. Sklansky et M. Malmuth. L’analyse de A. Jalib, fondée sur des simulations, remet en cause deux aspects des travaux de D. Sklansky que sont la valeur des paires et des suited connector. En premier lieu, l’essai de M. Hall remet définitivement en cause un des mythes du poker qu’est l’importance des suited connectors.

En effet, les premières études consacrées aux mains de départ reprenaient une vieille croyance qui voulait que JTs soit au moins une aussi bonne mains que AKs. Le mythe JTs a perduré y compris chez D. Sklanskyjusqu’en 1998. D’une manière générale, D. Sklansky tend à surclasser les suited connectors. Ensuite, Hold'Em Poker for Advanced Players tend à sous estimer les paires médianes comme JJ. D’autres critiques ont été formulées à l’encontre de Hold'Em Poker for Advanced Players comme le biais dans l’analyse de M. Malmuth de la valeur relative des mains de départ en loose games.

Aujourd’hui, sur la plupart des sites de poker en ligne, le jeu pratiqué peut être qualifié de loose passive games ou même de stupid-loose selon l’expression de M. Malmuth. En loose games, il est indispensable d’adapter son style de jeu à celui de la table. D’une manière générale, en loose games, il est possible de jouer davantage de mains. Cependant, si la présence de nombreux joueurs post-flop autorise d’élargir le nombre de mains jouables pré-flop, il convient malgré tout de jouer plus serré que les autres joueurs. Il s’agit ici d’une illustration du horse race paradox.

Par ailleurs, D. Sklansky dans Small Stakes Hold 'em préconise un jeu assez agressif en loose passive games avec davantage de relance pré-flop que dans un jeu standard.
En outre, il apparaît aujourd’hui qu’en loose games, il convient d’ajouter une quinzaine de mains à la sélection préflop, il n’y a pas lieu, malgré les propos de D. Sklansky de retirer des mains, généralement offsuited, qui seraient instables ou perdraient de la valeur en loose games. En effet, G. Carson a mis en évidence que si les mains assorties gagnent plus de valeur que les mains dépareillées en loose games, cela ne signifie pas que les mains dépareillées perdent de la valeur en loose games. Enfin, le jeu en loose games fait apparaître clairement le concept de dynamic hand value, qui justifie la stratégie visant à jouer davantage de mains en loose games. En effet, si les mains de départ peuvent voir leur valeur varier pré-flop, elles varient surtout au flop ce qui peut souvent valoriser des mains du type T9s au détriment des mains des premiers groupes.


Ainsi, pour la plupart des hole cards, la seule valeur des cartes est insuffisante pour déterminer si la main doit être jouée ou non. Plusieurs facteurs exogènes doivent accompagner la prise de décision. Le plus important est la position.
En général, il convient de déterminer 4 types de positions. En early position, les joueurs sont placés à gauche du Big Blind, n’ayant aucune information sur le comportement à venir des autres il convient dans ce cas de privilégier les mains des premiers groupes. Cependant, un joueur out of position peut agir sur le comportement des autres joueurs en relançant par exemple lorsqu’il détient une main qui se comporte mieux face à un faible nombre d’adversaires. En middle position, le joueur est le quatrième à parler ou alors il reste trois joueur à parler. Ici le joueur peut adapter sa sélection de mains de départ en fonction du nombre de joueurs dans le coups et de leurs différentes actions. Enfin, les dernières positions désignent les deux derniers joueurs à parler. Il s’agit du bouton et du cut-off immédiatement à sa droite. La position est fondamentale au texas holdem. Un joueur en bonne position peut avoir une idée du nombre de joueurs présent au flop ainsi que du montant du pot. Ainsi, hors des cas ou le comportement des joueurs est prévisible, seuls les joueurs situés dans les dernières positions peuvent prendre l’initiative de jouer des mains telles que les connecteurs ou les petites paires nonobstant la nécessité pour les joueurs de varier leur jeu.


En conclusion, lahiérarchie des mains de départ ne constitue pas une structure rigide.

Au contraire, la hiérarchie des mains de départ est à la fois contingente et relative. En effet, les chartes de M. Hilger et autres groupes de mains de départ de D. Sklansky, s’ils prennent en compte des éléments fondamentaux comme la position, sont parasités par les interactions entre les différentes mains et par les joueurs qui par leurs erreurs faussent l’optimum sur lequel sont fondées les différentes théories. Une illustration manifeste concerne les relations entre AK, JTs et 22 mises en évidence par G. Carson. Ce dernier fait apparaître que si AK domine largement JTs dans 63% des duels, JTs dominant 22 une fois sur deux, dans le même temps 22 sort triomphant de la plupart de ses duels avec AK. Ainsi, si la sélection des mains de départ peut devenir relativement automatique, elle ne doit pas consister en une simple application in abstracto d’une quelconque charte, elle doit également prendre en compte les spécificités de la table et les particularités des joueurs afin d’opérer une sélection in concerto des mains de départ. En outre, il ne faut pas surestimer l’importance de la sélection des mains de départ, M. Malmuth comme G. Carson rappellent d’une part qu’il est difficile d’évaluer la valeur d’une main de départ et ensuite que les groupes de mains de départ sont d’abord destinés aux joueurs inexpérimentés, à terme les joueurs doivent viser à s’écarter de ces chartes car comme le précise R. Cooke "When you have that edge over an opponent, you can play hands that are inferior to his holdings and make up any lost hand-selection edge with the equity gained from outplaying him after the flop".

Pour aller plus loin :
- Hold'em Starting-Hand Basics, R. Cooke, Cardplayer
- Some of My Best Advice, R. Cooke, Cardplayer
- Hold’em Preflop Strategy, l’essai de A. Jalib
- Internet texas holdem de M. Hilger sur amazon.fr
- Middle limit holdem de B. Ciaffone et J. Brier sur amazon.fr
- The complete book of holdem de G. Carson sur amazon.fr
- Hold'Em Poker for Advanced Players de D. Sklansky et M. Malmuth sur amazon.fr
- Small Stakes Hold 'em de D. Sklansky, M. Malmuth et E. Miller sur amazon.fr
- Poker essays vol. I de M. Malmuth sur amazon.fr
- Dividing Lines, B. Ciaffone, Cardplayer.com
- Hold’em Strategy question, D. Billings, R.G.P.
- Some views on Paradise Poker, A.Jalib, R.G.P.
- Do Holdem hands change value?, Fil de discussion, R.G.P.

Source: Jean Xavier Raynaud


Dernière édition par zepequenio le Mar 12 Jan 2010 - 13:10, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rednoise

Rednoise

Masculin
Nombre de messages : 17848
Date de naissance : 07/02/1987
Age : 33
Localisation : Hornu
Date d'inscription : 05/05/2008

Le jeu préflop , Article 1: LES MAINS DE DEPARTS Empty
MessageSujet: Re: Le jeu préflop , Article 1: LES MAINS DE DEPARTS   Le jeu préflop , Article 1: LES MAINS DE DEPARTS Icon_minitimeMar 12 Jan 2010 - 11:49

Super intéressant en tout cas Smile
Revenir en haut Aller en bas
 
Le jeu préflop , Article 1: LES MAINS DE DEPARTS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wallonie Poker :: Poker :: Rubriques Poker :: Stratégie-
Sauter vers: